Les 10 cols les plus durs de France – CycloPro

Les 10 cols les plus durs de France

Publié par Paul Vinay le

Les 10 cols les plus durs de France

Après cette période compliquée durant laquelle les activités physiques ont été réduites quasiment au néant, nous vous proposons un Top 10 des cols/monts français les plus difficiles à grimper.

Numéro 10 : Col d'Aubisque (1709 mètres)

Grand col des Pyrénées, le col d'Aubisque est une montée référence dans le Tour de France, avec ces 16,4 kilomètres et sa pente moyenne de 7,1%. Après un début d'ascension sur des pentes de 5%, les choses se compliquent avec notamment un passage à 13% et un kilomètre à 10% de moyenne. Place à la souffrance, avec un enchaînement sur des pentes à plus de 8% et deux derniers kilomètres avec davantage de pentes.


https://ellesfontduvelo.com/

Numéro 9 : Alpe d'Huez (1815 mètres)

Plus ancienne arrivée en altitude du Tour de France, l'Alpe d'Huez est une montée mythique pour tout cycliste. Avec une ascension de 13,8 kilomètres pour une pente moyenne de 7,9%, la montée de l'Alpe d'Huez interpelle avec ses 21 virages numérotés. Contrairement à la plupart des cols de ce Top 10, l'Alpe d'Huez envoie une grosse pente dès le premier kilomètre (10,4% de moyenne), avant de se fixer à 7-8% par la suite. Avec sa montée régulière, la pente n'est pas aussi difficile que les autres cols, plus irréguliers …



Numéro 8 : Col de la Croix de Fer (2065 mètres)

Col le plus irrégulier de ce classement, le Col de la Croix de Fer offre plusieurs ascensions, mais avec un point commun : des gros pourcentages ! La montée la plus compliquée semble être celle du versant Sud-Ouest, avec ses 31,5 kilomètres et des portions à plus de 9% sur les premiers kilomètres. Après une descente de 2 kilomètres, arrive la partie intermédiaire du col. Cette dernière est la portion la plus raide avec du 11% … voire du 12% ! Après une nouvelle descente au bout de 17 kilomètres, la partie finale présente une pente de 6-7%. L'autre versant offre lui aussi un sacré parcours avec des rampes de 10% dans les premiers hectomètres, avant de retrouver de nouveau ces pourcentages durant 5 kilomètres. Il faudra également s'accrocher dans les derniers kilomètres, avec une pente moyenne de 8% …


https://www.bourgdoisans.com/equipement/col-de-la-croix-de-fer-col-du-glandon/

Numéro 7 : Col de l'Izoard (2362 mètres)

A l'image du col de l'Iseran, le col de l'Izoard est un OVNI dans ce Top 10 avec une ascension marathon. 31,6 kilomètres avec une pente moyenne de 4,4%, le versant Sud est loin d'être impressionnant sur le papier, mais la longueur de la montée est un véritable piège. La première moitié de l'ascension est roulante avec des pourcentages faibles. C'est surtout la deuxième partie qui va valoir le détour, avec 14,1 kilomètres et une pente de 7,1%, par moment proche des 11% ! Après un passage dans le vent à la Casse Déserte, vous passerez devant la stèle dédiée à Louison Bobet et Fausto Coppi, deux légendes du cyclisme. Le versant Nord est, lui aussi, un beau morceau, avec une pente de 6% sur 19,1 kilomètres.


 

https://www.queyras-montagne.com/col-izoard.html

Numéro 6 : Col du Galibier (2642 mètres)

Col alpestre le plus souvent escaladé dans l'histoire du Tour de France, le col du Galibier est un des Géants de France. La montée de ce col par son versant Nord est sans doute l'ascension la plus difficile, avec une pente moyenne de 6,8% sur 18,1 kilomètres. Quelques kilomètres après le col du Télégraphe, la face Nord du Galibier se présente, avec des passages à 8% pour attaquer, avant de pouvoir souffler durant près de 2 kilomètres (2,4% de moyenne). Mais la pente se montre de nouveau cruelle très vite, passant à 7% pendant quelques kilomètres. L'ascension irrégulière offre de nouveau un léger replat, avant une fin de montée très difficile. Presque 8 kilomètres à plus de 8% de moyenne, puis des passages à 9% puis 10%, le tout à … plus de 2000 mètres d'altitude ! Place au dernier kilomètre et à un dernier passage extrêmement compliqué avec une pente moyenne de 9,5%. Un col mythique qui inspire le respect à tous ceux qui le grimpent...


https://www.3bikes.fr/2019/01/03/col-du-galibier-entrez-dans-la-legende/

Numéro 5 :Col du Grand Colombier (1501 mètres)

Jamais emprunté par le Tour de France avant 2012, le Col du Grand Colombier a vite su se faire un nom dans la plus grande des courses cyclistes. Pour les « amateurs », plusieurs routes sont possibles, mais qu'importe votre choix, l'ascension se révélera difficile. Le versant Ouest vous offrira un dénivelé de 1251 mètres pour une montée de 15,9 kilomètres avec une pente moyenne de 7,9%. La première partie avoisine les 5%, mais après 7 kilomètres la donne sera très différente. Vous êtes partis pour 4,4 kilomètres à plus de 12% et notamment des passages à 18 et 22% ! Les autres versants offrent une ascension avec un pourcentage équivalent, mais mieux réparti que ce versant dantesque.


https://www.ain.fr/journees-cyclo-du-grand-colombier-2019

Numéro 4 : Col du Tourmalet (2115 mètres)

Le Col du Tourmalet est un col incontournable pour tout amateur de cyclisme. Il est long de 17 kilomètres d'ascension avec une pente moyenne de 7,3% par son versant Est. Sur le papier, le profil ne semble pas si difficile comparé à d'autres grands cols français, mais sa moyenne est en réalité tronquée par un début d'ascension plus roulant. Après 4,6 kilomètres, vous devrez nécessairement augmenter votre effort physique pour faire face à une pente moyenne de 8,7% sur les 12,5 kilomètres restants, dont certains passages à 10 et 11% ! Octave Lapize, premier coureur à avoir franchi le col, s'était d'ailleurs emporté contre les organisateurs du Tour de France, en 1910, après ce premier passage, en traitant ces derniers d'assassins ! Cela n'a pas empêché la Grande Boucle de revenir plus de 50 fois depuis cette première ascension …


http://www.belairama.com/k15-pelerinage-des-cyclistes-le-col-du-tourmalet/

Numéro 3 : Mont du Chat (1504 mètres)

Loin d'être le plus connu des cols français, le Mont du Chat s'est fait un nom récemment en accueillant le Tour de France 2017. Beaucoup ont alors découvert pour la première fois ce col de Savoie, col qui peut être destructeur tant il semble pentu ! Son versant le plus compliqué est sans aucun doute son versant Est. Avec un dénivelé de 1270 mètres, le col n'est pas très long, seulement 13,5 kilomètres … mais compte une pente moyenne de 9,4% ! Le début de l'ascension est la partie la plus « facile », puis arrivent les 9 derniers kilomètres et une moyenne de 10 % dont certains passages à 14 %.

 


https://www.cols-cyclisme.com/jura/france/mont-du-chat-depuis-le-bourget-du-lac-c142.htm

Numéro 2 : Col de l'Iseran (2764 mètres)

Col le plus long de France, si l'on prend son versant Nord, le Col de l'Iseran a une pente moyenne de 4,1%. Mais ne vous y fiez pas, il vous rendra la vie dure ! Avec une ascension de 47,6 kilomètres, ce col de Savoie vous emmène pour une longue balade, que vous pouvez néanmoins réduire en partant de Val d'Isère : dans ce cas, il vous restera tout de même 17 kilomètres à parcourir (pente moyenne à 5,8%).Cependant, rien à voir avec les autres cols de ce Top 10, une courte portion sur du 10% sera la pente la plus compliquée à franchir (environ 300 mètres) lors de cette longue ascension. Quant au versant Sud, il s'étend sur 32,3km avec une pente moyenne à 5%, mais la montée est plus irrégulière que l'autre versant.



https://www.haute-maurienne-vanoise.com/ete/haute-maurienne-vanoise/destination/incontournable/le-col-de-liseran/

Numéro 1 : Mont Ventoux (1912 mètres)

Véritable Graal pour les grimpeurs professionnels, le Mont Ventoux est également le cauchemar des sprinteurs ou encore de la majorité des cyclistes amateurs, avec son dénivelé de 1600 mètres. Aucune montée du Mont ne se ressemble, selon les conditions climatiques, l'ascension de 21 kilomètres peut être un véritable cauchemar pour tout cycliste, quelque soit votre niveau. Cette montée du « Mont Chauve » se décline en trois étapes. Le début de l'ascension est la partie la moins difficile avec une pente moyenne de 4,5% sur 5,5 kilomètres. Puis la montée se durcit au moment de passer l'épingle de Saint-Estève à plus de 500 mètres d'altitude. A l'entrée de la forêt (classée à l'UNESCO), la pente se durcit fortement avec une moyenne de 9,2% sur 9,5 kilomètres et notamment un passage à près de 13% ! La dernière partie de l'ascension est moins pentue que la précédente, avec toutefois une moyenne de 8% sur les 6 kilomètres restants. Mais quel paysage s'offre à vous : les vignes et la forêt laissent place à un désert de calcaire, donnant une impression de neige éternelle, et ce peu importe la saison. L'ombre disparaît et un fort mistral vous accompagne au moment de parvenir enfin au sommet. Le record de la montée du Mont Ventoux appartient au coureur espagnol Iban Mayo, qui a dompté le Ventoux en 55 minutes et 51 secondes !

Attention, ne prenez pas cette montée à la légère, il est important d'être bien préparé pour dompter ce « Géant de Provence », comme le dit si bien l'écrivain Philippe Baudoin : « Etranger qui, pour la première fois ose fouler les pentes du Géant .... viens, humble et armé de courage car tu en auras grand besoin. Et si tu as le moindre doute, alors passe ton chemin et oublie à jamais ton projet insensé ». Le malheureux Tom Simpson y a d'ailleurs laissé sa vie lors d'une étape du Tour de France, en 1967...



http://www.weloveprovence.fr/

Vous voilà désormais armés pour partir à l’assaut des cols les plus redoutés, mais également les plus mythiques, du pays !

Sportivement,

Paul de l'équipe CycloPro.

← Article précédent Article suivant →