Promo été 2019 - Livraison gratuite AUJOURD'HUI

0

Votre panier est vide

Témoignage de Bryan Fogler, cycliste amateur, qui décide de vérifier si le dopage peut augmenter ses performances via un programme hormonal de plusieurs mois.



Cet évènement s’est passé en 2013, filmé sous forme de documentaire sur Netflix intitulé « Icarus ».

Bryan Fogel a commencé le vélo très jeune, vers 13 ans il disputait déjà des compétitions. Cette passion le poursuit jusqu’à l’âge adulte, ou il enchaîna les très bons classements (top 10). Puis éclata l’affaire de Lance Armstrong et de son dopage, qui a bouleversé Bryan Fogel comme tant d’autres. Après cela, il voit le monde autrement et prend conscience des possibilités du dopage.

Ainsi Bryan Fogel établit un programme de dopage de 6 mois avec de la testostérone ou des hormones de croissance, disponibles légalement aux USA. Le secteur est florissant, et trouver des spécialistes coopératifs est alors facile. Ils se portaient garants et assuraient la surveillance du bilan sanguin.

Pour mettre à l’épreuve le test, c’est la Haute Route qui est choisie comme parcours, le but est de le faire sans dopage et puis avec dopage l’année suivante. Bryan Fogel finit 14e sans dopage, sur cette épreuve cycliste ralliant sept étapes (Nice à Genève).

Le but était aussi de prouver qu’il est facile de passer outre le contrôle antidopage comme l’a fait Lance Armstrong. Ce dernier a gagné à 7 reprises le Tour de France et est passé sous les radars sur plus de 500 tests, il s’est fait prendre par ses coéquipiers et non par le système, finalement...

Pour l’aider, Bryan fait appel à Grigory Rodchenkov, le directeur d’un centre antidopage russe. Il prépare Bryan pour le test en 2014 et a dû fuir le pays, car il est dénoncé par les services secrets comme l’un des cerveaux du dopage lors des JO de Sotchi en 2015. Plus tard il sera acquitté en tant que lanceur d’alerte.

Finalement après dopage, Bryan Fogel finit 20e, un incident technique est survenu lors de la course. Il en a conclu que sans prédispositions génétiques, on ne devient pas champion même dopé ! 😉

L'entrainement et la régularité il n'y a que ça de vrai !

J'espère que cet article vous a plu, 

En vous souhaitant d'agréables sorties,

Sportivement, Joris.