Cyclisme : Comment s'habiller lors des sorties en automne ? – CycloPro

Cyclisme : Comment s'habiller lors des sorties en automne ?

Publié par Paul Vinay le

Cyclisme : Comment s'habiller lors des sorties en automne ?

Alors que l'automne pointe le bout de son nez, les sorties à vélo, sous le soleil couchant, se font de plus en plus rares. Les nuages et la pluie risquent de faire leurs apparitions lors de vos sorties, avec des changements de température en bonus. Rien de grave, ces changements ne doivent pas vous empêcher de partir à vélo sur les nombreuses routes du pays, il suffit juste de s'adapter aux conditions.

L'importance du coupe-vent

Il est très important de bien se couvrir au niveau de la poitrine. Fini les maillots légers, place aux maillots près du corps ! Cette première couche est un sous-vêtement technique ou maillot de corps. Il est porté à même la peau afin de remplir sa mission. Le but de cette couche est de vous garder au sec en évacuant votre transpiration. Privilégiez les maillots en laine (merinos), polyester, polyamide ou encore polypropylène, afin de ne pas subir le vent et la pluie. Le coton est à exclure quoi qu'il arrive ! Ce dernier conserve l'humidité, mais surtout il refroidit l'organisme. 

La seconde couche va elle aussi servir à garder la chaleur du corps, mais pour cela oubliez vos pulls ou autres polaires, faites confiance à des vêtements constitués de fibres polaire. Cette couche isole du froid extérieur et conserve la chaleur produite par le corps. Selon les conditions extérieures, si une troisième couche ne s'impose pas, ce maillot peut faire office de couche extérieure. a coupe est assez longue pour couvrir les reins et il résiste à l'abrasion et à la déchirure.

Pour faire face au froid causé par la vitesse et la possible pluie, une troisième couche est nécessaire avec un coupe-vent. Les vestes coupe-vent sont "obligatoires" lors de vos sorties automnales. Elles protègent du vent et surtout la majorité des coupe-vent sont aujourd'hui imperméables. Il existe également des vestes thermiques qui remplissent ce double rôle. La matière extérieure est étanche afin de faire face en toute circonstance aux intempéries, tandis que l’intérieur est respirant pour permettre à l’humidité de s’échapper. Selon la membrane et le tissu, une veste peut être très compacte, se plier en boule et ne peser que 200 grammes, ou au contraire être plus épaisse et volumineuse.

Le critère principal lors de l'achat d'une veste doit être l'imperméabilité. Et pour exprimer l'imperméabilité, on utilise le terme "Schmerber " qui est mesuré à l’aide du système dit de la "colonne d’eau" ! De l’eau est appliquée sur la veste test à pression croissante. 1 Schmerber correspond à 1mm d’eau appliqué sur la veste. Une veste qui résiste à une colonne d’eau de 2 000 mm permet de faire face à des petites pluies, une veste résistante à 10 000 mm vous laissera au sec dans quasiment toutes les situations ! 

Pour le bas du corps oubliez les shorts pour faire place aux collants, pour la première couche, puis dans l'idéal, un pantalon long ! Choisissez des collants avec des panneaux de tissus stratégiquement positionnés qui permettent de bloquer l’eau et le vent, mais permettent au corps de respirer aux endroits clés, comme à l’arrière des genoux et le bas du dos.

Se couvrir de la tête aux pieds

Avec la chute des températures, les rhumes sont fréquents. Pour faire face à la maladie lors des sorties à vélo, il est important de bien se couvrir ... à commencer par la tête ! Le port du casque est évidemment obligatoire, mais vous pouvez très bien mettre quelque chose en-dessous, comme par exemple un bandeau ou un bonnet adapté ! Le tour de cou est également conseillé.

Avec le froid, les extrémités du corps se montrent plus vulnérables, avec par exemple les mains. Enfilez des gants légers et hydrofuges pour les protéger de l'eau et du vent. En ce qui concerne les pieds, place aux couvre-chaussures ! Pour la période automnale, il n'y pas forcément besoin de mettre des couvre-chaussures trop chauds, ceux-ci iront pour l'hiver. Néanmoins, ces derniers doivent être imperméables, coupe-vent et surtout confortables.

Pour faire face au froid, vous pouvez également enfiler des "extensions", avec par exemple des jambières, manchettes ou encore des genouillères.

 

 Attention aux routes glissantes

Si l'équipement est évidemment le plus important pour se protéger lors de vos sorties sportives, il existe tout de même des risques sur la route par rapport aux changements de conditions climatiques. Avec le vent ou/et la pluie, les conditions pour rouler ne sont pas du tout les mêmes que lors des sorties estivales. Il vous faut donc adapter votre allure en fonction de la météo du moment. Sous la pluie, les freins vont être moins efficaces que sous temps sec.

Vous voilà désormais parés pour attaquer "chaudement" la période automnale de la meilleure des façons !

Sportivement,

Paul de l'équipe CycloPro.

 

← Article précédent Article suivant →