Cyclisme : Comment lutter contre la pollution à vélo ? – CycloPro

Cyclisme : Comment lutter contre la pollution à vélo ?

Publié par Paul Vinay le

Cyclisme : Comment lutter contre la pollution à vélo ?

Aujourd'hui la pollution atmosphérique est responsable de 48 000 morts en France chaque année, soit la deuxième cause de mortalité après le tabac. La cause principale de cette pollution concerne les particules fines. L'agence Santé publique France assure que l'exposition à ces particules est mortelle, avec comme pathologies les maladies cardio-vasculaires, pulmonaires, cancers ... Si les métropoles comme Marseille, Lyon et Paris sont les villes les plus touchées par ce phénomène, les plus petites villes/régions n'échappent, malheureusement, pas à cette pollution. 

https://www.citycle.com/categorie/ecologie/pollution-velo/

Par exemple, dans les zones urbaines de plus de 100 000 habitants, la perte d'espérance de vie due à la pollution est en moyenne de quinze mois. Dans les communes de 2 000 à 100 000 habitants elle est de dix mois, presque autant que dans les zones rurales ! Une raison pour privilégier la voiture au vélo ? Pas du tout ! En effet, l'Agence française de sécurité sanitaire et du travail estime que la concentration des polluants à l'intérieur des voitures est trois à cinq fois plus importante qu'à l'extérieur et donc plus importante que lorsque vous utilisez votre vélo.

Se protéger avec le masque anti-pollution

Afin de se protéger de cette pollution de l'air il existe plusieurs solutions. Tout d'abord s'éloigner de la pollution dès que possible. Éloignez-vous, si possible, des itinéraires où circulent beaucoup d'automobiles. Se retrouver collé aux pots d'échappements des voitures est évidemment la chose à éviter au maximum. Essayez donc d'emprunter les pistes cyclables, de plus en plus nombreuses dans les agglomérations aujourd'hui. Faites également attention à votre respirations, plus vous respirez fort, plus vous faites entrer une quantité d'oxygène et de particules dans vos bronches. Afin de remédier à cela n'hésitez pas à ralentir la cadence et à privilégier les respirations par le nez. Une inhalation nasale offre un filtre naturel par les muqueuses par rapport à la bouche.

Autre solution efficace, il existe les masques anti-pollution ! Ce masque de protection fait partie des dispositifs conçus pour protéger son porteur de l’inhalation de substances diverses, comme les gaz nocifs, fumées, ou encore vapeurs. Capable de stopper les matières nocives qui se baladent dans l'air, cet élément s'avère vite être indispensable lors de vos sorties en milieu à risque. Ces masques ont été conçus pour décontaminer l’air respiré par l’utilisateur, en le faisant passer par un élément filtrant. Ces derniers font parties des "masques de protection FFP (Filtering Facepiece Particles)" ! 

 

 

Ces fameux "masques FFP" sont soumis au respect de normes très strictes. Ils passent plusieurs tests, afin d’évaluer leur réel niveau de performance. Ce niveau de performance concerne deux paramètres. Tout d'abord, le taux de fuite. Il permet de connaitre la proportion d’aérosol qui est passé entre le masque et le visage. Puis le taux de filtration. Ce taux donne la proportion d’aérosol qui n’a pas été retenu par le filtre. Après les tests, les masques sont répartis dans trois catégories !

- FFP1 : filtration d’au moins 78% des particules en suspension

- FFP2 : filtration d’au moins 92% des particules en suspension

- FFP3 : filtration d’au moins 98% des particules en suspension

S'ils n'éliminent pas à 100% les particules fines le masque anti-pollution diminue les risques respiratoires ou cardiaques, une diminution qui ne peut que vous êtres bénéfique au fil de vos sorties ... 

Découvrez notre masque Anti-pollution et FFP2 à -40% de réduction pour l'arrivée de l'automne -  Jusqu'au 21 septembre 2020


Sportivement,

Paul de l'équipe CycloPro.

← Article précédent Article suivant →