Cyclisme amateur : A la découverte de Bertrand – CycloPro

Cyclisme amateur : A la découverte de Bertrand

Publié par Paul Vinay le

Cyclisme amateur : A la découverte de Bertrand

Aujourd'hui, nous partons à la découverte de Bertrand, cycliste amateur de 48 ans. Ce responsable d'exploitation dans une entreprise, passionné de cyclisme depuis son adolescence, part à la conquête, toute l'année, des cols français, qu'ils soient mythiques ou plus méconnus du grand public. Rencontre avec un passionné ... 

 

"Le Glandon et l'Izoard cet été !"

Quelle est ta relation avec le cyclisme ?

" Je suis un cycliste amateur. Je pratique au minimum une fois par semaine, sauf quand je suis en préparation d’une course à pied longue distance. J’ai commencé à l’âge de 18 ans une pratique vélo de course souvent seul sur des parcours de 40 à 80 kilomètres, dans le nord, sur du plat. Puis de mes 30 à 44 ans, dans l’Eure et Loir, puis la région de Reims, j’ai pratiqué beaucoup de VTT. Depuis 5 ans dans la région grenobloise, j’ai repris le vélo de course. Mes parcours sont moins longs mais les dénivelés sont plus élevés. Depuis 4 ans je participe à un triathlon par an sur des parcours montagneux. Mes projets de cycliste amateur sont de monter tous les cols alpins célèbres et de participer à un Half Ironman."

D'où t'es venu cet amour du cyclisme?

"Le virus du cyclo est venu de ma maman qui a toute sa vie roulée à vélo ! Elle a gérée un club de cyclotourisme à la MJC de Dunkerque pendant 10 ans. J'ai souvent roulé avec elle dans mon enfance. A 76 ans, elle continue à rouler 2-3 fois par semaine."

Quels équipements possèdes-tu ?

"J’ai un VTT canyon acheté en ligne et un vélo de course (moyenne gamme triple plateau) de marque FOCUS acheté chez un spécialiste.
Pour mes pièces détachées, j’achète en ligne chez alltricks ou probikeshop. En ce qui concerne les vêtements je n’achète jamais vêtements des clubs pro.  J'évite de ressembler à la majorité.

Comment entretiens-tu ton vélo? À quelle fréquence ?

"Je l’entretiens seul, toutes les deux sorties pour les petits réglages et une fois par an chez un professionnel."

Est ce que tu fais des compétitions ?

"J'ai fait une cyclo-sportive l’an passé et quatre triathlons pour le plaisir. 91 kilomètres, avec la descente pour revenir à la voiture. C’était en Savoie. 34 kilomètres roulant pour l’échauffement, puis ensuite les magnifiques virages de Montvernier pour accéder au col de Chaussy. Une montée où le Tour de France est passée en 2015, avec une victoire de Romain Bardet devant Pierre Rolland ! Puis après ce col, la descente puis la montée de la Madeleine, avec une arrivée à 2000m. Je n'ai pas le niveau pour faire mieux au niveau des courses. 

Bertrand, numéro 56, au départ de la cyclo-sportive

Quelle est ta fréquence de sortie à vélo ?

Je sors en général une fois par semaine l'année. L'été je pousse un peu plus avec deux sorties par semaine. Et pendant mes vacances je me fais des sessions quatre fois par semaines.

Comment as-tu géré tes entraînements pendant la période du confinement ?

Je ne me suis pas entraîné une seule fois. Malheureusement je n'ai pas de home trainer chez moi ...

Et quelles ont été les sensations lors de ta première sortie vélo après cette période ?

"J’ai senti que j’avais beaucoup perdu par rapport à la course à pied. La forme et les sensations reviennent depuis une semaine, mais il y a encore du boulot avant d’envisager mon prochain objectif."

Quel est cet objectif ?

"Monter le col du Glandon et le col de l'Izoard !"

Est-ce que tu as déjà des dates en tête pour grimper ces deux cols ?

"Le col du Glandon à la fin du mois de juillet et le col de l'Izoard ce sera pendant mes vacances dans le Queyras, lors la troisième semaine d’Août !"

As-tu préparé un entraînement spécifique avant de grimper le Col du Glandon et l'Izoard ?

"Non, contrairement à la course à pied je ne suis pas de plan d’entrainement pour le vélo. J’ai repris petit à petit l'entraînement après le confinement. Petite sortie sur du plat, puis quelques côtes. Aujourd’hui, je roule 30-40 kilomètres avec un col. Je monte en puissance crescendo..."

A quand remonte ta dernière sortie à vélo ?

"C'était samedi dernier ! J'ai grimpé le col de Charmette, 13 kilomètres à 8% de moyenne, avec des passages à 12% !"

Quel braquet as-tu utilisé ?

"Je suis pas un spécialiste du comptage de dents, j’y vais surtout au feeling."

Est-ce que tu as déjà grimpé des cols mythiques en France ?

"J'ai déjà fait la montée de l'Alpe d'Huez, en 2016, et le Col de la Madelaine. L'Alpe d’huez m’a semblé facile par rapport à la réputation qu'il a. Il m’a surtout marqué par les photographes sur les derniers kilomètres. Je trouve que c'est un petit peu un col à "touristes"… La montée du Col de la Madeleine était géniale, c'était lors de la cyclo-sportive. Il y avait beaucoup de bénévoles le long de la route pour nous encourager. Les trois derniers kilomètres j’ai pioché un peu, mais le plaisir d’arriver au bout m’a transcendé ! J'ai mis 1h40 pour les 17 derniers kilomètres, car la montée ne débutait pas au pied sur ce circuit. En tout, j'ai mis 4h40 pour les 72 kilomètres du circuit ... Dur dur le cyclisme amateur !"

Quel est le col le plus compliqué que tu as grimpé ?

"Le plus dur sur le papier est le col de la Madeleine mais il m’a paru moins dur que la montée de chamrousse ! Un col de 20 kilomètres à 7 % de moyenne ! Mais le plus compliqué que j'ai pu grimper est incontestablement le col de Chalais ! C'est un col pas très connu, mais qui compte une moyenne de 11% sur 6.7 kilomètres. Mais surtout, le col compte des passages à 17% ! Je le mets au-dessus des autres cols car j'ai du m'arrêter durant la montée, pour reprendre mon souffle."

https://www.cols-cyclisme.com/chartreuse/france/col-de-chalais-depuis-voreppe-c502.htm

Quelle est ta sortie où tu en as pris plein les yeux niveau paysage ?

"Je dirais la traversée de la chartreuse Chambéry-Grenoble. Il y a trois cols au programme, le col du Granier, le col du Cucheron et le col de Porte. Il y aussi le col de l'Arzelier et le col des Deux !"

As-tu déjà envisagé de grimper le Mont Ventoux, jugé par beaucoup comme le col le plus dur de France ?

"Oui, je l’envisage en vélo de course et en VTT ! Mais pour cela il faut trouver le bon moment ou prévoir un long week-end de vacances sur place."

Quel est le col que tu rêverais de grimper ?

"Le col du Galibier ! C’est pour moi le plus mythique car il fait 34 kilomètres à partir de Saint Michel de Maurienne et monte à 2642 m d’altitude. Il a surtout un côté nostalgique pour moi, car il passe par Valloire, la station de ski de mon enfance quand je partais en colonie. Les paysages après Valloire sont magnifiques !"

Sportivement,

Paul de l'équipe CycloPro.

Vente flash tenue cyclisme évasion

← Article précédent Article suivant →